Vaccination contre la COVID-19

Vaccination contre la COVID-19 : questions et réponses

La Clinique du Parc Lyon ne possède pas de centre de vaccination à ce jour.

 

Depuis le 27 décembre 2020 la campagne de vaccination contre la Covid-19 a été lancée en France. Une stratégie vaccinale a été élaborée par la Haute Autorité de Santé pour vacciner successivement les populations en fonction de leurs risques. Si certaines interrogations subsistent, le Dr Blanc, infectiologue au MIIT Médical de Lyon spécialisée dans les maladies Infectieuses et Tropicales et intervenante à la Clinique du Parc Lyon y répond.

Qu’est ce qu’un vaccin ?

C’est un produit qui ne donne pas la maladie et fait fabriquer des anticorps contre la maladie par les défenses immunitaire.

 C’est quoi un vaccin classique ?

C’est soit un vaccin inactivé avec du virus tué et des adjuvants, soit un vaccin vivant peu agressif, modifié pour porter un morceau du virus contre lequel on veut protéger.

Qu’est ce qu’un ARN messager et à quoi sert-il pour un vaccin ?

L’ARNm est le mode de fabrication des protéines que le corps produit.
Pour les vaccins les chercheurs ont incorporé dans un ARNm de synthèse, le gène de la protéine S (Spike ou Spicule) du virus SARS CoV2. Pour éviter que cet ARNm soit détruit dès son injection, il est protégé et véhiculé dans une vésicule de graisse vers les cellules de défense du corps qui vont fabriquer les anticorps de protection (neutralisants) contre la protéine S du virus. Cet ARNm est ensuite vite détruit.

Est-ce que l’ARN messager peut modifier mon ADN ?

Les cellules du corps ont une membrane externe, un noyau, et sont remplies d’un fluide appelé cytoplasme dans lequel il y a de nombreux éléments.  L’ADN est le porteur du code génétique des individus et est dans le noyau des cellules du corps. L’ARNm reste dans le cytoplasme et ne rentre pas dans le noyau des cellules. Il ne peut pas modifier l’ADN.

Est-ce que ce n’est pas trop nouveau (trop récent) comme technologie ?

La technologie de l’ARN messager existe depuis 10 ans et les premières recherches remontent à 1990. La pandémie actuelle a mobilisé chercheurs, volontaires, industriels et gouvernements du monde entier (Fonds des mécènes notamment …) . Les différentes phases 1-2-3 se sont déroulées en parallèle et non en séquentiel ce qui a fait gagner du temps. La technologie ARNm permet aussi de fabriquer des grandes quantités de vaccin beaucoup plus vite que les autres techniques. C’est une technique qui va révolutionner la médecine.

 A-t-on assez de recul sur les effets secondaires (ES) ?

Depuis les essais cliniques de mars 2020 (phase I du vaccin ARNm de Moderna) et les essais de phase 3 à grande échelle qui ont commencé en juillet 2020, les ES immédiats sont bien décrits :

  • locaux (douleur/rougeur/gonflement au point d’injection)
  • généraux (fièvre, fatigue, maux de tête, courbatures, etc.).
  • réactions allergiques chez des personnes ayant des ATCD d’allergie aux composants du vaccin.
  • les ES durent quelques heures et quelques jours (1 à 3 jours en moyenne)

La traçabilité et la déclaration des ES par les acteurs de santé et les patients aidera à émettre des alertes et en détecter d’éventuels autres.
La quasi-totalité des effets secondaires des vaccins sont observés dans les 2 mois suivant l’injection.

On en est à ce jour à :

  •  Plus de 30000 vaccinés dans les essais cliniques avec plus de 4 mois de recul.
  • Plus de 3 MILLIONS de vaccinés dans le monde sur 1 mois.
  • Et pas de surprise côté effets secondaires : il y a eu un cas d’allergie grave pour 100000 vaccinés (d’où la surveillance de 15mn proposée après l’injection), tous guéris rapidement, et aucun décès.

J’ai eu la Covid-19 et j’ai des anticorps, devrais-je me faire vacciner ?

Oui, le vaccin est indiqué car on n’est pas sûr de la durée des anticorps neutralisants acquis par la maladie et on sait qu’ils baissent avec le temps. Les anticorps des vaccins par ARNm sont beaucoup plus élevés et on leur prédit une durée plus longue (en années, ce qui sera à surveiller évidemment).

 Quelles contre-indications pour ce vaccin ?

  • La grossesse (faute de données à l’heure actuelle).
  • Une maladie COVID-19 datant de moins de 3 mois, période pendant laquelle les anticorps post Infection sont suffisamment protecteurs. Pour le moment nous n’avons pas assez de vaccins, le fait d’avoir déjà été infecté permet de différer la vaccination mais ne la contre indique pas.
  • Une réaction allergique grave (anaphylaxie) à un vaccin contenant un ingrédient également présent dans le vaccin envisagé.

Le vaccin est-il efficace ?

Les 2 vaccins à ARNm ont montré une efficacité de plus de 95% et les rares cas chez les vaccinés n’étaient pas des formes graves
On ne sait en revanche pas encore :
– A quel point les vaccins empêchent ou diminuent la contagiosité
– Quelle est la durée de la protection

Quels vaccins pour les enfants ?

Des essais de vaccins ARNm chez l’enfant sont en cours : Pfizer pour les plus de 12 ans et Moderna pour la pédiatrie.

Pour aller plus loin sur le sujet

 

Autres sources conseillées sur le même sujet

 

Retrouvez les actualités de la clinique par ici.