La médecine sportive a pour objectif de permettre à chaque patient de continuer ses activités sportives quel que soit l’âge et le niveau sportif.

Pour commencer, les jeunes sportifs de haut niveau jouent en permanence avec leurs limites. Aussi jouent-ils avec les limites de leurs articulations, de leurs os et de leurs muscles.

De plus, les patients plus âgés et donc normalement dans des activités sportives dites de « loisir », deviennent de plus en plus accrocs à un niveau d’activité physique élevé. Ce qui occasionne des micro-traumatismes et même des traumatismes parfois étonnants.

Pathologies

Pathologies traumatiques

Elles se manifestent souvent à la suite d’un accident survenu pendant une pratique sportive. Aussi surviennent-elles souvent brutalement. A noter qu’elles concernent les muscles, les articulations et les tendons.

Exemples de pathologies des muscles :

  • étirement ou déchirure (complète ou partielle) des ischio-jambiers
  • étirement ou déchirure (complète ou partielle) des adducteurs
  • contusion du quadriceps
  • (etc)

Pathologies des articulations (liste non exhaustive) :

  • entorse du pied ou de la cheville
  • lésion du ménisque (du genou)
  • luxation antérieure de l’épaule
  • (etc.)

Pathologies des tendons :

  • luxation des tendons des fibulaires de la cheville,
  • rupture du tendon d’Achille
  • (etc.)

Pathologies micro-traumatiques

Ce sont les pathologies surviennent petit à petit, à la suite de sollicitations mécaniques inhabituelles, venant abîmer : un os, un muscle, un tendon, le cartilage d’une articulation, etc.

A noter que ces pathologies sont aussi souvent liées à l’âge. Ainsi, après 40 ans, il convient de réaliser qu’on ne peut soumettre son corps à des contraintes sportives aussi fortes qu’à 20 ans. Et aussi que les échauffements doivent être plus longs et rigoureux.

Par ailleurs, il convient de noter que les articulations, muscles et tendons portent souvent en mémoire les anciens traumatismes. Ainsi, il est recommandé d’éviter les activités sursollicitant vos articulations, muscles et tendons anciennement blessés.

Alors, la médecine sportive cherche à identifier les modifications pouvant être responsables des dommages :

  • dans les entraînements : durée, nombre de séances, fractionné, etc.
  • dans les changements de technique : gestes et mouvements, prise de raquette, etc.
  • dans le matériel sportif : chaussures, chaussettes, tension du cordage, matériau, calage des réglages, etc.

Traitements

Les traitements en médecine sportive commencent dès le jour de l’accident et se terminent en général à la reprise sportive (si autorisée).

Ces traitements dépendent évidemment du diagnostic, mais aussi  de l’âge et du profil sportif du patient.

Ainsi, on compte parmi les principaux traitements :

  • la rééducation
  • l’immobilisation par orthèse (souple ou rigide)
  • ou encore la chirurgie réparatrice

Quoi qu’il en soit, dans l’idéal, le traitement doit se terminer par un programme régulier d’étirements et de musculation. Et ce en particulier avant et après les séances sportives.

 

Retrouvez toutes nos spécialités médicales ici.