Principes de la fertilité

En France, environ 14 % des couples ont au moins une fois dans leur vie des soucis à obtenir une grossesse et consultent pour un problème d’infertilité.

Vers 25 ans, un couple fertile a 25 % de chance d’obtenir une grossesse naturellement, chaque mois. Ainsi, il est normal que quelques mois soient nécessaires pour tomber enceinte de façon spontanée.

Dès lors on parle d’infertilité pour un couple quand la femme ne tombe pas enceinte après 12 à 24 mois de rapports sexuels réguliers sans contraception, soit entre 2 et 3 fois par semaine.

Par ailleurs, il faut savoir que la fertilité baisse avec l’âge. En effet :

  • pour la femme : le risque de ne pas parvenir à tomber enceinte spontanément à 25 ans est d’environ 5 %, à 30 ans il est d’environ 10 %, à 35 ans de 20 %, et il passe à 50% à partir de 40 ans.
  • pour l’homme : l’âge fait aussi diminuer la fertilité spontanée. Cependant il n’y a pas d’âge précis.

Ainsi, l’infertilité peut venir de la femme comme de l’homme (parfois les deux), et ce pour des raisons diverses : médicales, génétiques ou encore environnementales.

Causes

Il existe de nombreuses raisons pouvant expliquer l’infertilité.

Infertilité chez l’homme

Pour être fertile, l’homme doit avoir :

  • a minima un testicule normal, sans anomalie de l’épididyme, ni des canaux déférents et éjaculateurs
  • un sperme de bonne qualité
  • un bon fonctionnement de la prostate
  • un bon fonctionnement des vésicules séminales
  • un urètre de diamètre suffisant
  • et enfin, il doit sécréter suffisamment de testostérone et de FSH

Oligospermie et Oligo-asthéno-tératospermie

L’oligospermie correspond à une diminution du nombre de spermatozoïdes ainsi que de leur mobilité. Elle s’associe souvent à l’oligo-asthéno-tératospermie qui correspond à une quantité élevée de formes anormales de spermatozoïdes. A date, on ne connaît pas vraiment les raisons de l’oligospermie, cependant on en connaît des facteurs aggravants : l’âge (+50 ans), l’exposition des testicules à la chaleur, le tabac, les pesticides, ainsi que des anomalies génétiques (chromosome Y) et un dysfonctionnement de l’hypophyse.

L’azoospermie

L’azoospermie est une pathologie où le sperme ne contient pas de spermatozoïdes. Elle peut venir d’une absence de production de spermatozoïdes par les testicules ou encore d’une anomalie d’évacuation des spermatozoïdes par les canaux prévus à cet effet.

Infertilité chez la femme

Pour être fertile, la femme doit avoir :

  • une ovulation régulière et de bonne qualité
  • un appareil génital qui permet des rapports sexuels complets et un contact entre la glaire cervicale et les spermatozoïdes
  • une glaire cervicale de bonne qualité
  • des trompes perméables
  • et enfin, une muqueuse utérine qui permet à l’ovocyte fécondé de se fixer dans l’utérus

 

Anomalie de l’ovulation

Elle concerne 20% des couples infertiles et consiste en une absence d’ovulation, autrement dit à une absence totale d’ovocytes ou à une mauvaise qualité de l’ovulation.

Endométriose

La présence d’endométriose peut aussi être responsable d’infertilité.

Obstruction des trompes de Fallope

Cette obstruction, totale ou partielle, peut être due à une MST (salpingites), des lésions d’endométriose ou encore des séquelles chirurgicales.

Obstacles mécaniques au niveau de l’utérus

  • séquelles au niveau du col de l’utérus après conisation (suite cancer du col de l’utérus)
  • anomalies de la qualité de la glaire cervicale
  • incompatibilité entre la glaire cervicale et les spermatozoïdes,
  • malformations congénitales (ex : utérus cloisonné)
  • polypes utérins
  • fibrome utérin

Problème de fertilité mixte

Par ailleurs, il existe des causes d’infertilité mixtes :

  • les pathologies hypothalamo-hypophysaires
  • certains traitements comme la chimiothérapie
  • des facteurs environnementaux (tabac, pesticides, solvants, métaux lourds, etc.)
  • des facteurs psychiques (stress, etc.)
  • le poids

Traitements

Quoi qu’il en soit, depuis des dizaines d’années, on a pu développer des techniques d’assistance médicale à la procréation pour aider les couples à remédier à leur problème d’infertilité.

Tout d’abord, des traitements hormonaux peuvent être prescrits, par exemple pour stimuler l’ovulation.

De plus, la PMA ou procréation médicalement assistée (PMA) permet de contourner certains problèmes d’infertilité.

Par ailleurs, la fécondation in vitro avec ICSI (Intracytoplasmic Sperm Injection) a notamment résolu un grand nombre des problèmes graves d’infertilité masculine.

Pour plus d’informations, contactez-notre équipe d’experts.

Et pour revenir à la liste des disciplines médicales pratiquées à la clinique cliquez ici.