Pathologies

La chirurgie gynécologique soigne les pathologies de l’appareil reproducteur de la femme.

Voici une liste non exhaustive des pathologies concernées :  endométriose, incontinence urinaire, prolapsus, kystes ovariens, lésions du col de l’utérus,  môle, fibromes de l’utérus, la stérilisation définitive ou encore les saignement uterins.

 

Domaines d'intervention

Ainsi, la chirurgie gynécologique comprend un certain nombre de sous-domaines.

Chirurgie pelvipérineologique

Elle traite les pathologies pelviennes et périnéales comme l’incontinence urinaire, le prolapsus (Il s’agit du déplacement d’un ou plusieurs organes du petit bassin vers le bas, voire son extériorisation à la vulve) . Ainsi que tout autre problème gynécologique, digestif, sexuel ou encore les douleurs pelviennes..

Chirurgie utérine

Elle soigne en particulier : l’endométriose etr les fibromes de l’utérus.

En fonction de la pathologie, le chirurgien gynécologue proposera la chirurgie la mieux adapté : l’hystérectomie (ablation de l’utérus), la conisation (ablation chirurgicale d’une partie du col de l’utérus pour éviter un risque de cancer), et aussi la myomectromie (ablation sélective de fibrome(s) utérin(s))…

Enfin, il faut savoir qu’on effectue ces interventions principalement par voie vaginale ou laparoscopique (endoscopie sur la cavité abdominale).

Chirurgie de la vulve et du périnée

C’est la chirurgie qui a pour objectif la reconstruction de l’appareil reproducteur féminin. Cette spécialité englobe la chirurgie de la vulve ainsi que la chirurgie des glandes de Bartholin (évite l’apparition de kystes et d’abcès.)

Chirurgie des trompes et des ovaires

Il s’agit de la chirurgie qui traite les pathologies des ovaires, des trompes, voire des deux. Les principales interventions concernées sont :

  • l’ovariectomie cœlioscopique : ablation chirurgicale des ovaires. On l’utilise pour traiter les cas graves d’endométriose, les cancers de l’ovaire, une torsion ovarienne, et pour prévenir le cancer ovarien en cas de mutation génétique BRCA 1 ou 2.
  • la kystectomie ovarienne : ablation chirurgicale d’un ou plusieurs kystes de l’ovaire. Ainsi, on l’utilise pour traiter : un kyste fonctionnel, un kyste endométriosique, un kyste dermoïde, ou encore un kyste mucineux (etc.)
  • la cœlioscopie avec épreuve au bleu tubaire : lors d’un bilan d’infertilité, c’est la vérification de la perméabilité des trompes.

  • la plastie tubaire : restauration de la la perméabilité des trompes pour traiter une stérilité d’origine tubaire.
  • et enfin la ligature tubaire : méthode contraceptive irréversible.

 

Et pour retrouver toutes nos spécialités chirurgicales, cliquez ici.