La Clinique du Parc Lyon perd son fondateur retour sur son histoire

Dr Gérard GaconDr Gérard Gacon : hommage au chirurgien PDG

Chirurgien orthopédiste, chef d’entreprise, père de famille, Gérard Gacon, le fondateur de la Clinique du Parc Lyon, nous a quittés le 22 août 2021 à l’âge de 84 ans. Charismatique, ambitieux et visionnaire, le Dr Gacon, accompagné d’une poignée de chirurgiens orthopédistes, a réussi le projet fou de créer dans les années 80 une clinique d’excellence entièrement tournée vers l’orthopédie. Il laisse derrière lui un établissement renommé qui porte aujourd’hui l’héritage de son passage.

Né en 1937 dans la banlieue de Bruxelles, mais d’origine jurassienne, Gérard Gacon est issu d’une fratrie de cinq enfants. Il obtient son Bac au lycée du Parc puis poursuit ses études de médecine à Lyon où il choisit l’orthopédie comme spécialité et devient l’élève de l’illustre Dr Albert Trillat. À la fin de son clinicat, le Dr Gacon s’installe à la Clinique des Essarts à Bron où il crée sa propre patientèle.

En 1979, en collaboration avec le Dr Charles Deidier, il rachète la Clinique du Parc, 86 boulevard des Belges. À l’époque, l’établissement est connu sous le nom de “Clinique des Patrons” puisqu’il accueille principalement la patientèle privée des chefs de service des hôpitaux publics de Lyon. Parmi ces chefs de service, Dr Paul Santy, chirurgien cardiologue réputé, y aura opéré notamment le peintre Henri Matisse d’un cancer du duodénum.

Le Dr Gacon est animé par une ambition forte : créer un établissement exclusivement dédié à la chirurgie orthopédique, une première en France à l’époque. Pour ce faire, le nouveau PDG s’entoure de plusieurs chirurgiens orthopédistes : les Docteurs Michel Laurençon et André Ray, puis le Docteur Laurent Barba qui rejoint le projet en 1983. S’ils n’étaient pas toujours d’accord, ils avaient compris qu’ils étaient complémentaires et iraient plus loin ensemble. Au moment de la reprise, la Clinique du Parc a besoin d’être rénovée. L’ascenseur montre des signes de faiblesse et le bloc opératoire doit être remis aux normes. Des travaux sont réalisés, permettant au Dr Gacon et à ses associés de partir sur des bases saines pour construire un établissement à la hauteur de leurs ambitions.

Très vite, les quatre chirurgiens décident de racheter les cliniques avoisinantes (clinique Duquesne et clinique Vendôme) afin d’augmenter la capacité en lits de l’établissement (réglementée à l’époque par les autorités sanitaires) pour atteindre 90 lits. Pour les remplir, les chirurgiens font tourner les trois salles du bloc à plein régime et opèrent jusqu’à dix patients par jour.

Ultra-spécialisée, la clinique connaît un franc succès et deux étages supplémentaires sont ajoutés au bâtiment d’origine. Entre les interventions, les consultations et les gardes, le rythme est intense pour ces chirurgiens, sans compter qu’il faut également s’occuper des affaires courantes. Les réunions s’organisent tard le soir et Gérard Gacon troque volontiers sa blouse pour le costume de gestionnaire. À l’époque, cet entrepreneur investit chaque année 2% du chiffre d’affaires en informatique et développe des cercles Qualité afin d’améliorer les services et de gagner en productivité*.

“Une volonté forte qui repose sur des habitudes fortes”, tels sont les mots du Dr Gacon qui l’ont amené à réaliser ces objectifs. En spécialisant en orthopédie la Clinique du Parc, le chirurgien et PDG a permis à l’établissement de construire sa réputation. Une spécialité qui demandait une exigence particulière et sans compromis. Avec des équipes formées, une organisation connue, un matériel et des équipements adaptés : toutes les conditions étaient réunies pour bien prendre en charge les patients dans cette spécialité.

Clinique du Parc Lyon sponsor du tennis

À ce devoir de prise en charge des patients, s’ajoutait le besoin de le faire savoir. Une réalité que Gérard Gacon avait bien comprise. Pour cela, il multiplie les actions de communication et de RP, ce qui contribue largement à faire grandir la notoriété de la clinique. Articles de presse, vente de produits dérivés, panneaux autour du stade de l’Olympique Lyonnais, sponsorisation de tournois de tennis et de courses automobiles… Gérard Gacon voulait créer une véritable marque autour de la clinique, ce qui représentait une vision très avant-gardiste pour l’époque et ne faisait pas l’unanimité auprès de la communauté médicale.

“Je me souviens avoir été invité par des motards à les suivre sur le Rallye de l’Atlas afin d’assurer l’assistance médicale, voire mécanique. Avant de partir, Gérard Gacon me lance : « il faut absolument mettre le logo de la clinique sur les motos !” nous confie le Dr Michel Laurençon.

Derrière la communication, il y avait également la réputation. Gérard Gacon y tenait particulièrement. Une attachée de presse est recrutée afin d’informer les médias sur les différentes avancées et réussites de l’établissement. Le projet médical de la Clinique du Parc est innovant : les chirurgiens se lancent dans la pose de prothèses et les ligaments artificiels. Des avancées médicales importantes pour l’époque, que Gérard Gacon ira défendre à l’occasion de colloques nationaux.

Passionné par l’orthopédie, Gérard Gacon était d’abord et avant tout un chirurgien renommé, toujours à la pointe des techniques médicales. De tous horizons, plusieurs sportifs de haut niveau (tennismen, skieurs, footballeurs) étaient nombreux à vouloir se faire opérer par le chirurgien. Le Dr Gacon a également été à l’origine d’un partenariat solide avec l’Italie, en prenant l’initiative d’ouvrir une consultation spécifique pour les patients italiens une fois par semaine.Clinique du Parc Lyon après rénovation boulevard des belges

Transmettre le savoir était une clé pour l’avenir de la clinique, c’est donc naturellement que les chirurgiens de l’époque se sont mis à former la génération suivante. Cette transmission de savoir fera grandir auprès des équipes un sentiment de fidélité et donnera à la Clinique du Parc sa dimension familiale.

Derrière le visionnaire, le chirurgien, le chef d’entreprise se cachait un acharné de travail. Gérard Gacon avait beaucoup d’ambition pour la clinique. En 1988, il confie à la presse lyonnaise la volonté d’ouvrir dans l’établissement un hôtel, un pressing, une salle de conférence, une cafétéria et un centre de kinésithérapie – des projets qui voient le jour au fil des années.Charismatique, un brin provocateur, Gérard Gacon avait une personnalité qui ne laissait pas indifférent. Respecté, parfois craint, il poussait ses équipes à être irréprochables. Il avait une aisance certaine à prendre la parole en public et fédérait son audience autour de ses idées. Passionné, exigeant et volontaire, le praticien a œuvré pour le rayonnement de la Clinique du Parc jusqu’en 1996. Le Dr Jean-Jacques Lalain poursuivra l’histoire de l’établissement jusqu’au déménagement boulevard Stalingrad en 2007.

L’exigence, le travail, la communication et la collaboration sont des termes qui nous ont été rapportés à plusieurs reprises pour décrire le parcours du fondateur. Des valeurs que porte encore aujourd’hui notre établissement et qui constituent son ADN. Gérard Gacon, par sa volonté, aura marqué ses collaborateurs, ses salariés et plus généralement les Lyonnais, en faisant de son établissement une véritable institution de santé.

 

Cet hommage a été rédigé grâce aux témoignages des Dr Michel Laurençon, Dr André Ray, Dr Laurent Barba et Jean-Claude Gacon (frère) que nous remercions tout particulièrement. Nos pensées vont à sa famille et à ses proches.

 

Retrouvez toutes les actualités de la Clinique du Parc Lyon par ici !