La chirurgie ambulatoire du pied et de la cheville

Qu’est ce que la chirurgie ambulatoire ?

Avant de parler plus en détail des chirurgies du pied et de la cheville, définissons la chirurgie ambulatoire.

Ce type de chirurgie est pratiqué dans un bloc opératoire, par des spécialistes en chirurgie, dont la prise en charge se fait dans un temps d’hospitalisation inférieur ou égal à 12 heures.
En pratique cela signifie que, dans la même journée, le patient entre dans l’établissement de soin, se fait opérer et retourne à son domicile.

Quels sont, pour le patient, les principaux avantages d’une telle chirurgie ?

Le confort

Malgré tous les efforts des équipes soignantes dévouées au bien-être des personnes opérées, une chambre d’hospitalisation reste un lieu public donc parfois impersonnel. Ce lieu peut inquiéter, d’autant plus dans une période post-opératoire, génératrice de stress.
Le retour au domicile permet donc de retrouver ses repères, au calme, avec ses proches, l’aide au quotidien paraît plus naturelle.

La lutte contre les infections

L’allongement de la durée de séjour dans l’établissement de soins est corrélé avec la probabilité de voir apparaître une infection liée aux soins. Il est donc logique, lorsque la chirurgie peut se faire en hospitalisation courte, de favoriser cette possibilité.

L’allègement des techniques

L’émergence de la chirurgie ambulatoire a poussé les chirurgiens à réfléchir sur leurs techniques opératoires. Ainsi, au cours des années, les praticiens ont pu diminuer l’invalidité des patients tout en allégeant les soins suivant l’opération. Cette démarche s’est popularisée avec l’éclosion de la chirurgie assistée par vidéo et les techniques percutanées.

Le coût

La chirurgie ambulatoire a des impacts financiers importants notamment pour notre système de soins. La réduction du temps d’hospitalisation permet, à l’échelle du patient, de réduire les coûts liées aux prestations hôtelières notamment.

Après une chirurgie pratiquée en ambulatoire, n’y a-t-il pas un risque de douleurs importantes ?

Le problème des douleurs posts opératoires est un des freins de la chirurgie ambulatoire, néanmoins, la prise en charge de la douleur a beaucoup évolué au fil du temps.

Pour soigner les douleurs, les techniques d’anesthésies ont permis de limiter l’usage des médicaments en perfusion. Dans certains cas, ces dernières ne sont d’ailleurs pas plus efficaces que les médicaments pris par voie orale. De plus, la perfusion, peut, au moment de sa pose, être douloureuse. Par conséquent, dans un grand nombre de cas, le soulagement de la douleur peut se faire grâce à la prise de cachet dans une chambre d’un établissement de santé ou au domicile du patient.

De plus, comme évoqué plus haut, le retour à la maison permet une diminution du stress, ainsi qu’un meilleur sommeil. Deux éléments très importants pour réduire les douleurs.

Enfin, les départements de chirurgie et tout particulièrement celui de chirurgie du pied et de la cheville de la Clinique du Parc, ont mis au point des protocoles de traitement spécifiques pour la prise en charge en ambulatoire. Ces protocoles ont été rédigés avec le concours de notre médecin spécialiste de la douleur et de nos anesthésistes dans l’objectif d’améliorer le bien-être du patient.

Lors d’une intervention prévue en ambulatoire, que faire si une complication survient ?

La durée de séjour n’est jamais contractuelle lors d’une intervention chirurgicale.  Les établissements de soins où se pratique la chirurgie ambulatoire peuvent basculer vers une hospitalisation conventionnelle si un élément imprévu devait  survenir. La Clinique du Parc de Lyon est un établissement chirurgical polyvalent qui permet la parfaite prise en charge de ce type de situations exceptionnelles.

Enfin, il est important de noter que dans le cadre de la chirurgie du pied et de la cheville programmée à l’avance, ces changements d’orientation sont extrêmement rares.

Quelles opérations du pied et de la cheville peuvent se faire en ambulatoire ?

L’avant-pied

Presque toute la chirurgie de l’avant pied se pratique en ambulatoire : hallux valgus, névrome de Morton, traitement des orteils en griffes, arthrose du gros orteil (ou hallux rigidus), métatarsalgies. Parfois même, la combinaison de plusieurs de ces pathologies peuvent faire l’objet d’une opération en ambulatoire.

Les nerfs et les tendons du pied et de la cheville

Toujours au niveau de l’avant pied, d’autres pathologies que le névrome de Morton s’opèrent en ambulatoire. C’est le cas pour les opérations de décompression des nerfs du pied et de la cheville (libération du canal tarsien), certaines petites tumeurs bénignes des nerfs, les interventions d’allongement de certains tendons et l’aponévrose rétractée du pied.

Les arthroscopies du pied et de la cheville

La plupart du temps, ces gestes relèvent de l’ambulatoire, qu’il s’agisse de l’ablation d’un petit os, d’un corps étranger de la cheville, de régularisations de lésions du cartilage et de certaines arthrodèses (blocages articulaires) du pied.

Chirurgie des ligaments de la cheville

Il s’agit d’opérations pour stabiliser les chevilles victimes d’entorses à répétition.

Les ablations de matériel

La grande majorité des interventions pour retrait des plaques, des vis et des broches au pied se fait  en ambulatoire dans de nombreux établissements.

Cette liste n’est pas exhaustive et de nouvelles techniques se pratiquent chaque jour compatible avec la chirurgie ambulatoire.

Chirurgie ambulatoire et urgences

A priori, une chirurgie ambulatoire doit se faire en ayant une complète maîtrise des suites opératoires. Tout doit être organisé à l’avance afin que votre sortie se déroule dans les meilleures conditions possibles. Les notions de chirurgie ambulatoire et de chirurgie en urgence sont donc le plus souvent dissociés. Il arrive cependant que certaines interventions d’urgence s’opèrent en ambulatoire, c’est souvent le cas pour des fractures de chevilles simples ou pour l’extraction de corps étranger du pied.

Comment se déroule une opération du pied et de la cheville en ambulatoire à la Clinique du Parc de Lyon ?

Comme pour une opération classique, la consultation se fait auprès d’un chirurgien. Une fois la date trouvée, le praticien vous expliquera en détail les gestes ainsi que les suites de l’intervention. Autre étape, la consultation avec un anesthésiste dans les trois semaines à trois jours qui précèdent l’opération. En fonction de l’âge du patient, une consultation avec un cardiologue peut être requise.

Le jour de l’opération, l’entrée se fait avant 13h00 pour une opération programmée le matin, avant 18h00 pour une intervention prévue l’après-midi. Comme pour toute opération de ce type, le patient doit être à jeun (ne rien avoir mangé, bu ou fumé dans les six dernières heures). Pour la chirurgie du pied et de la cheville, il est demandé un arrêt total du tabac entre un mois et 15 jours avant l’opération.

La préparation de la peau se fait par des douches aux produits antiseptiques comme pour toute chirurgie du membre inférieur.

La sortie de l’établissement se fait après accord du médecin anesthésiste et du chirurgien. Un taxi ou un proche se chargera de vous conduire à votre domicile. Il est déconseillé de passer seul la nuit suivant l’opération. Elle doit par ailleurs se faire dans un rayon de moins d’une heure d’un établissement d’urgence.

Bien entendu, l’équipe médico-chirurgicale de la Clinique du Parc Lyon reste joignable et disponible après votre sortie pour assurer sa mission de continuité des soins.

Bibliographie :

Site internet de l’Association Française de Chirurgie Ambulatoire www.chirurgie-ambulatoire.org

Anesthésie du patient ambulatoire, encyclopédie médico chirurgicale, elsevier : H. Massa, S. Hubert, M. Carles, M. Raucoules-Aimé. Pôle d’anesthésie-réanimation, Centre Hospitalier Universitaire de Nice.

Développement et limites de la chirurgie ambulatoire : G. Raimbeau, Centre de la Main 49100 Angers.
Conférence d’enseignement de la Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

La chirurgie ambulatoire, réglementation et état des lieux H. Coudane, P. Landreau, B. Michel, S. Slimani , et la Société Française d’Arthroscopie
Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Vol 91, N° S8 – décembre 2005 – p. 9-13

Retrouvez tous nos articles médicaux sur notre blog.