Les entorses de la cheville

QU’EST-CE QU’UNE ENTORSE DE CHEVILLE

Les entorses de la cheville sont très fréquentes puisqu’on estime leur nombre à plus de 6000 cas par jour en France. Heureusement la plupart sont bénignes sans rupture ligamentaire. L’entorse se produit le plus souvent sur un mouvement en varus : le pied part en dedans et entraine des lésions à la face externe de la cheville. Mais parfois, soit par un traumatisme violent de la cheville, soit par la répétition de nombreuses entorses modérées, les ligaments deviennent alors distendus et non fonctionnels. La cheville est alors instable et se tord facilement sur les terrains irréguliers et en sport. Les ligaments externes de la cheville sont au nombre de 3, mais ce sont surtout les ligaments en avant : Ligament Talo-Fibulaire Antérieur (ou LTFA) et sous la malléole : Ligament Calcanéo-Fibulaire (ou LCF) qui sont atteints. Le ligament interne peut être touché mais c’est plus rare. Une lésion isolée du LTFA est très fréquente mais rarement source d’instabilité. C’est l’atteinte des deux (LTFA et LCF) qui sont sources d’instabilité de la cheville.

LES SYMPTOMES

Passé la douleur initiale, la rupture des ligaments de la cheville est souvent bien tolérée au quotidien et parfois même, les nouvelles torsions qui suivent, du fait de l’instabilité, sont peu douloureuses.
C’est d’ailleurs souvent un souci dans la mesure où les patients ne s’inquiètent que, devant la persistance de douleurs après une énième entorse. Celles-ci traduisent souvent la survenue de lésions secondaires du cartilage ou des tendons adjacents, ce qui rend le traitement beaucoup moins simple.

LES TRAITEMENTS

Le traitement médical :

Le port d’une chevillière est nécessaire pour un minimum de 15 jours. La reprise du quotidien se fait entre 2 et 6 semaines selon les cas. Le plus souvent, il y a peu de symptômes dans les activités de tous les jours. On peut donc réaliser un traitement orthopédique fonctionnel sans intervention chirurgicale par la rééducation, mais la reprise de tous les sports ne sera pas possible si les deux faisceaux ligamentaires (LTFA et LCF) sont non fonctionnels.

Les différents types de traitements chirurgicaux :

Le but du traitement chirurgical est de redonner une stabilité complète à la cheville pour pouvoir reprendre toutes les activités physiques et stopper éventuellement l’évolution des lésions secondaires.

  • La chirurgie sous arthroscopie

    Les interventions chirurgicales de réparation des ligaments de la cheville se déroulent sous arthroscopie dans la très grande majorité des cas et peuvent être réalisées sous anesthésie générale, rachidienne (Rachi anesthésie) ou loco-régionale (Bloc nerveux).
    Le but est, soit de suturer le ligament en cas de rupture récente, soit de prendre une greffe de tendon pour remplacer le LTFA et le LCF. La prise de greffe se fait : soit le tendon gracilis, le plantaire grêle ou le fascia lata. Le choix de la greffe est adapté selon les patients, les gestes associés, l’habitude du chirurgien, la présence des tendons nécessaires à la réalisation du geste. Un bilan IRM est recommandé pour le choix de cette technique opératoire.
    La chirurgie sous arthroscopie est réalisée en ambulatoire (hospitalisation sur une journée). Les suites opératoires consistent en une immobilisation sous couvert d’une chevillière pour une durée de 4 semaines avec une autorisation d’appui en fonction des douleurs, suivie d’une rééducation de 2 à 3 mois. La cicatrice comprend 3 points d’un cm. La durée de l’arrêt de travail varie de 45 j à 3 mois selon les professions.

  • La chirurgie à ciel ouvert
    Elle consiste à prélever le périoste qui est une membrane recouvrant l’os du péroné. Ce périoste est ensuite utilisé pour refaire les deux faisceaux antérieur et moyen du ligament. La cicatrice est une virgule de 5 cm. L’intervention dure environ quarante-cinq minutes sous anesthésie « locorégionale » (bloc du pied) ou générale. Elle nécessite ensuite une immobilisation d’une durée de six semaines dans une attelle (trois semaines sans appui et trois semaines avec appui). La durée de l’arrêt de travail varie de 2 à 3 mois selon les professions.

Il faut en moyenne 4 à 6 semaines pour reprendre son quotidien pour la ligamentoplastie sous arthroscopie, contre 6 à 8 semaines pour celle à ciel ouvert. Dans les deux cas la rééducation est relativement longue et la reprise du sport sera progressive et prudente (4 à 7 mois après l’intervention selon le sport pratiqué).

 

Retrouvez les autres articles médicaux en cliquant sur le lien