Instabilité d’Epaule : la butée antérieure

Français

Quels sont les principes de l’intervention ?

La butée antérieure est l’intervention que nous réalisons le plus souvent lors des instabilités antérieures chroniques de l’épaule. Elle se déroule sous anesthésie générale par une incision verticale de 5 cm en avant de l’épaule.
 
Elle consiste à prélever par la même incision un petit fragment osseux sous la clavicule (la coracoïde) et à le fixer par une ou deux vis en avant de l’articulation pour éviter les luxations. La butée agrandit la surface articulaire sans bloquer l’épaule.
 
Principe de la butée
 

L’opération dure environ une heure et le bras est ensuite au repos en écharpe dans une attelle amovible.

La rééducation commence dès le lendemain et la sortie peut être envisagée 3 à 4 jours après l’opération. La rééducation doit être poursuivie ensuite au cabinet d’un kinésithérapeute de votre choix qui aura toutes les consignes. Elle durera environ 2 mois.

Les consultations de contrôle (généralement 2 ou 3 avant 3 mois) serviront à vérifier la récupération de la mobilité de l’épaule et à vérifier la consolidation de la butée par une radiographie.
 

 
Consolidation de la butée à 3 mois
 
 

Quels sont les risques de l’opération ?

  • Les risques de l’anesthésie générale sont variables selon vos antécédents, c’est pourquoi vous devrez consulter l’anesthésiste avant l’opération.
  • Une infection (moins de 0,5 %) : ce risque justifie les mesures avant l’opération comme les douches antiseptiques la veille au soir et le matin de l’intervention, l’emploi d’antibiotiques et des règles d’asepsie très strictes pendant l’opération et des mesures d’hygiène au niveau du pansement après l’opération (ne pas le salir ni le mouiller). En cas d’infection, les antibiotiques traiteront le problème et il est exceptionnel d’avoir à réintervenir pour éliminer les microbes.
  • Un hématome : il est généralement minime grâce à un petit drain qui sera enlevé 2 jours après l’opération. Une réintervention pour l’évacuer est là encore exceptionnelle.
  • L’irritation du nerf du biceps (moins de 0,5%) : ceci se traduit par une diminution du volume du biceps qui récupère généralement en moins de 6 mois.
  • Une fracture de la butée : incident rare qui peut survenir à la suite d’efforts intempestifs et qui justifie les règles de prudence après l’opération.
 

Quels sont les avantages de l’opération ?

  • En premier lieu, elle stabilise l’épaule sans limiter sa mobilité. La disparition des luxations est obtenue dans 99 % des cas. Il persiste rarement une sensation de flottement, surtout lorsqu’il existe une hyperlaxité (anomalie constitutionnelle caractérisée par une souplesse excessive des ligaments).
  • La mobilité de l’épaule récupère totalement à l’aide de la rééducation.
  • Aucune douleur n’est généralement observée après 3 mois. Dans moins de 10 % des cas la persistance d’une gêne peut nécessiter d’enlever les vis (la butée étant consolidée, les vis ne sont plus utiles après 3 mois).
  • La reprise du sport au même niveau qu’avant l’opération est effective dans 85 % des cas, y compris pour la compétition. Elle ne commence progressivement qu’à partir de 3 mois après l’opération. De même, les efforts musculaires importants avec le bras opéré ne doivent pas être entrepris avant 3 mois.

 

Praticiens: 

Bouton Article

contenu modifié le 06/11/2017