Sciatique ou Cruralgie, et Hernie Discale Lombaire

Français

La mobilité de la colonne vertébrale lombaire a pour origine essentielle une structure fibro gélatineuse : le disque intervertébral. En fonction des efforts et des contraintes mécaniques de la journée, ce disque peut dégénérer rapidement dès l'âge de 20-25 ans. Il peut se déchirer : des douleurs lombaires (lombalgies) surviennent alors. Un fragment de disque peut parfois migrer à travers cette déchirure et comprimer des racines nerveuses, le plus souvent sciatiques, ou plus rarement crurales,  propageant alors la douleur du dos vers la jambe. La hernie discale lombaire est ainsi à l'origine de 95 % des douleurs de sciatiques ou de cruralgies.

 

Dans plus de 80 % des cas, ces symptômes peuvent céder avec des consignes de repos, de ménagement physique associées à un traitement médical antalgique anti-inflammatoire. En cas d'échec, une imagerie radiologique lombaire (scanner ou I.R.M.) devient indispensable ; une injection locale d'anti-inflammatoire (infiltration) pourra être réalisée pour compléter le traitement. En dernier recours, une intervention chirurgicale sera discutée. Au contraire, lorsque la compression de la racine est très importante entraînant une paralysie (sciatique ou cruralgie paralysante) ou des douleurs insupportables et insomniantes (névralgie hyperalgique), la chirurgie devra être envisagée plus rapidement, y compris en urgence dans les formes cliniques sévères.

IRM lombaire : hernie discale L5-S1 gauche

Au cours d’une intervention microchirurgicale, le neurochirurgien par un mini abord postérieur (incision de 2 à 3 cm), libère soigneusement la racine nerveuse comprimée, en extirpant la hernie discale. Avec l'aide du kinésithérapeute, le patient est levé et peut marcher le jour même. Le retour à domicile est autorisé le lendemain ou surlendemain avec des consignes de repos et de marche pendant un mois pour obtenir une cicatrisation satisfaisante du disque opéré. La reprise de la conduite d’un véhicule est possible après trois semaines. La pratique sportive est autorisée progressivement. La reprise du travail dépend de la profession du patient : elle peut être rapide pour un poste sédentaire alors qu'une visite de pré reprise sera souvent indispensable pour aménager le poste d'un travailleur plus physique.

Dr Christophe MOREL Neurochirurgien

Praticiens: 

Bouton Article

contenu modifié le 12/01/2018