La rupture du tendon d’Achille

Français

Qu’est-ce qu’une rupture du tendon d’Achille ?

La rupture du tendon d’Achille est une pathologie qui survient le plus souvent vers l’âge de quarante ans. Il s’agit le plus souvent d’une rupture spontanée au cours de la pratique sportive, avec des sports à risque : tennis, badminton . . . etc. Il s’agit en fait de sport qui sont surtout liés à la nature du terrain sur lequel ils sont exercés et le type de contact. Ces ruptures sont évidemment favorisées par un terrain de type Quick, par des changements d’appui rapides et/ou violents.
On retrouve parfois des antécédents de tendinite mais cela n’est pas systématique.

Le traitement chirurgical

La rupture entraîne dans la majorité des cas un geste de réparation chirurgicale car les ruptures partielles sont très rares.Cette intervention consiste à remettre bout à bout le tendon d’achille. Selon les cas, l’interventionpeut être faite en percutané, c’est à dire sans ouvrir la peau, ou alors de façon classique « à ciel ouvert ».
Cette opération dure environ une quarantaine de minutes puis on met en place une attellepour une immobilisation totale de six semaines.
 

Les suites opératoires

Cette immobilisation est composée en fait de trois semaines avec le pied immobilisé en flexion plantaire ( pied fléchi vers le sol de façon à ne pas tirer sur la suture) et absence d’appui, puis trois autres semaines, toujours avec le pied immobilisé dans une attelle à 90° avec possibilite d’appui sous le couvert de deux cannes.
Il faut savoir que s’en suit une période de rééducation relativement longue et qu’il faut environ quatre mois pour « oublier son tendon ». La reprise sportive est bien sûr possible après ce type de chirurgie, mais elle survient en général entre le quatrième et le sixième mois apres l’accident.Qu’est-ce qu’une rupture du tendon d’Achille ?

La rupture du tendon d’Achille est une pathologie qui survient le plus souvent vers l’âge de quarante ans. Il s’agit le plus souvent d’une rupture spontanée au cours de la pratique sportive, avec des sports à risque : tennis, badminton . . . etc. Il s’agit en fait de sport qui sont surtout liés à la nature du terrain sur lequel ils sont exercés et le type de contact. Ces ruptures sont évidemment favorisées par un terrain de type Quick, par des changements d’appui rapides et/ou violents.
On retrouve parfois des antécédents de tendinite mais cela n’est pas systématique.

Le traitement chirurgical

La rupture entraîne dans la majorité des cas un geste de réparation chirurgicale car les ruptures partielles sont très rares.Cette intervention consiste à remettre bout à bout le tendon d’achille. Selon les cas, l’interventionpeut être faite en percutané, c’est à dire sans ouvrir la peau, ou alors de façon classique « à ciel ouvert ».
Cette opération dure environ une quarantaine de minutes puis on met en place une attellepour une immobilisation totale de six semaines.
 

Les suites opératoires

Cette immobilisation est composée en fait de trois semaines avec le pied immobilisé en flexion plantaire ( pied fléchi vers le sol de façon à ne pas tirer sur la suture) et absence d’appui, puis trois autres semaines, toujours avec le pied immobilisé dans une attelle à 90° avec possibilite d’appui sous le couvert de deux cannes.
Il faut savoir que s’en suit une période de rééducation relativement longue et qu’il faut environ quatre mois pour « oublier son tendon ». La reprise sportive est bien sûr possible après ce type de chirurgie, mais elle survient en général entre le quatrième et le sixième mois apres l’accident.

 

Praticiens: 

Bouton Article

contenu modifié le 31/03/2017