La rhinoplastie esthétique et réparatrice

Français

Le nez est ce que l’on voit en premier sur un visage. Il est la clé de voûte autour de laquelle s’articule toute l’harmonie du visage. Un nez trop grand, trop petit, une bosse prononcée, une pointe trop large, une déviation du nez… sont autant de facteurs qui vont rompre cette harmonie et attirer le regard.

La rhinoplastie ou chirurgie esthétique du nez, est une intervention destinée à rétablir l’harmonie du nez et rééquilibrer les proportions du visage, afin de lui donner la morphologie désirée en remodelant les différentes structures qui donnent sa forme au nez. Le but est d'obtenir un nez d'aspect naturel, s'harmonisant dans ses rapports avec les autres traits du visage, convenant à la psychologie et la personnalité du patient, et répondant aux demandes de ce dernier.

Par ailleurs, le nez participe à la respiration, et une déformation de celui-ci peut occasionner des problèmes respiratoires, des sinusites, et d’autres troubles fonctionnels qui doivent être recherchés. L’intervention réalisée est alors le plus souvent une rhino-septoplastie, c’est à dire une plastie du nez et du septum (= cloison nasale). Une correction des défauts de valves nasales (faiblesse des cartilages entrainant une gêne respiratoire) est également réalisable.

L'assurance maladie ne couvre généralement pas la chirurgie qui est purement pour des raisons esthétiques. La chirurgie pour corriger ou améliorer la fonction nasale ou une intervention chirurgicale pour une déformation majeure ou un traumatisme peuvent être prises en charge en partie ou en totalité.

 

Evolution de la rhinoplastie

 

La rhinoplastie est une technique nécessitant un savoir faire chirurgical basé sur une connaissance détaillée de l'anatomie et de la physiologie du nez. C'est une intervention de précision car le moindre défaut finit par apparaitre voire s'aggraver avec le temps. L’intervention vise à remodeler le nez pour l’embellir. Il s’agit de corriger spécifiquement les disgrâces présentes, qu’elles soient congénitales, consécutives à un traumatisme ou dues au processus de vieillissement.

De fait, la rhinoplastie a évolué de façon considérable en vingt ans notamment grâce à la technique de rhinoplastie structurelle

La rhinoplastie structurelle a été un bouleversement par rapport à la rhinoplastie traditionnelle : il s’agit non plus uniquement de retirer de la matière, mais aussi de modifier la forme des cartilages à l’aide de sutures et de greffes cartilagineuses (petits morceaux de cartilages prélevés habituellement à l’intérieur du nez, sans aucune conséquence néfaste lorsque cela est correctement réalisé). L’avantage principal de la rhinoplastie structurelle est de modifier la forme du nez sans risquer de le déformer tout en préservant ou renforçant la fonction respiratoire. En effet, les structures internes du nez n’étant pas affaiblies, mais uniquement remodelées ou renforcées, c’est tout l’aspect et le devenir du nez que l’on peut ainsi mieux appréhender. L’inconvénient de ce type d’intervention est qu’elle est plus technique, plus délicate, plus longue, et nécessite souvent une voie ouverte avec une petite cicatrice imperceptible entre les deux narines.

Anesthésie et hospitalisation

 

Habituellement, l’intervention se pratique sous anesthésie générale. Toutefois, dans de rare cas, une anesthésie locale approfondie par des tranquillisants administrés par voie intraveineuse (anesthésie « vigile ») pourra suffire. Le choix entre ces différentes techniques sera le fruit d’une discussion entre vous, le chirurgien et l’anesthésiste.
 
L’intervention se pratique la plupart du temps en «ambulatoire», avec une sortie le jour même après quelques heures de surveillance. Toutefois, selon les cas, une courte hospitalisation peut être préférable. L’entrée s’effectue alors le matin et la sortie est autorisée dès le lendemain de l’intervention.

 

Avant l’intervention

 

Les motivations et les demandes du patient sont analysées. Une étude attentive de la pyramide nasale et de ses rapports avec le reste du visage est faite, ainsi qu’un examen endonasal. Le type de peau, l'origine ethnique et l'âge sont des facteurs importants à prendre en considération dans les discussions avant l'intervention chirurgicale. 
Des photos pré-opératoires sont également réalisées.  Le résultat escompté pourra être simulé par retouches de photographies ou morphing informatique. L’image virtuelle, ainsi obtenue, ne constitue qu’un projet qui peut aider dans la compréhension des désirs et des attentes des patients. Cependant, on ne peut en aucune manière s’engager à ce que le résultat réalisé lui soit en tout point superposable. 
 
Un bilan préopératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions. Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention. Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les dix jours précédant l’intervention. L’arrêt du tabac est vivement recommandé avant l’intervention. Il est fondamental de rester à jeun (ne rien manger ni boire) six heures avant l’intervention.

 

Après l’intervention

 

Les fosses nasales ne sont jamais méchées, mais des éponges hémostatiques peuvent parfois être mises en place. En revanche des atelles en plastique d'1 mm d'épaisseur peuvent être mise en place lorsqu'un geste sur la cloison nasale (septoplastie) est réalisé. Un pansement modelant est souvent réalisé à la surface du nez à l’aide de petites bandelettes adhésives. Enfin, une attelle de maintien et de protection couleur chair est fixée sur le nez.
 
En fonction de l’ampleur des améliorations à apporter et de la nécessité éventuelle de gestes complémentaires, l’intervention peut durer de 45 minutes à plus de trois heures.
 
Les suites opératoires sont rarement douloureuses. Il peut être ressenti une légère gêne respiratoire lorsque des atelles ont été mises en places dans le nez suite à un geste sur la cloison nasale. On peut également observer des ecchymoses, ou plus rarement un oedème au niveau palpébral les premiers jours.
Il est recommandé de se reposer et de ne faire aucun effort les jours suivant l’intervention.
Si des mèches hémostatiques ont été mises en place, elles seront retirées le lendemain de l’intervention. Les attelles sont retirées entre le cinquième et le huitième jour post-opératoire. 
Il faut prévoir une période d'environ une semaine durant laquelle il est visible qu'une rhinoplastie a été faite: attelle sur le nez (même si elle est relativement discrète), avec parfois des ecchymoses...

Ensuite, une vie sociale normale peut être reprise même si le nez reste un peu gonflé dans les semaines suivant l'opération. 

Les sports à risque de recevoir un choc sur le nez (combat, sports d'équipe, ski, ...) peuvent être repris environ 2 mois après l'opération (correspondant au temps de consolidation osseuse). Les sports de type cardio peuvent être repris après un mois environ après l'opération (une poussée tensionnelle étant déconseillée au début pour éviter tout saignement du nez). Les autres sports peuvent être repris environ deux semaines après l'opération. 
Le port de lunettes lourdes est interdit pendant les deux mois suivant l'opération en cas de chirurgie ayant nécessité de retravailler les os du nez pour l'affiner, ou en cas de certains greffons particuliers posés sur le dos du nez. En revanche, des lunettes légères peuvent être utilisées dès le retrait de l'attelle, soit une semaine après l'opération.
 
Un délai de deux à trois mois est nécessaire pour avoir un bon aperçu du résultat, en sachant que l’aspect définitif ne sera obtenu qu’après six mois à un an de lente et subtile évolution.

 

Résultats Avant/Après

 

 

 

 

Praticiens: 

Bouton Article

contenu modifié le 18/05/2017