Qu'est ce qu'un hallux valgus ?

Français

Introduction :

Parfois négligés, souvent oubliés, c'est sur nos pieds que tout repose.
Lorsque l'on est en bonne santé, on les ignore, mais quand ils commencent à faire parler d'eux, ils peuvent faire extrêmement mal.
Parmi ces douleurs et déformations, une retient l'attention par sa fréquence:l'hallux valgus ou communément appelé "oignon"
Les informations suivantes sont destinées aux patients cherchant des renseignements sur leurs déformations et leurs traitements.

Qu'est ce qu'un hallux valgus 

Ce nom vient du latin, hallux désignant le gros orteil et valgus sa déviation vers l'extérieur. Ce terme « hallux valgus » désigne la déviation du gros orteil et la boule communément surnommée « oignon ». 

Le métatarsien du gros orteil bascule à l'intérieur et le gros orteil déséquilibré bascule lui à l'extérieur créant ainsi un angle dont le sommet proéminant crée la déformation.

Pourquoi le gros orteil se déforme t il ?

On ne le sait pas vraiment, à tord on dit souvent que c'est la faute des femmes qui mettent des chaussures pointues et à talons mais certains hommes développent un hallux valgus et des adolescents également, pourtant ni les uns ni les autres n'ont jamais porté ce type de chaussures…

Ils faut donc abandonner ces expressions sans fondement scientifique et à la limite presque sexistes et laisser les femmes porter de belles chaussures sans les culpabiliser.

En fait il faut bien le reconnaître personne ne connait l'origine de cette déformation mais quand la bosse est là, elle fait mal surtout dans des chaussures serrées et à talon comprimant les déformations et les orteils. C'est la seule relation réelle entre l'hallux valgus douloureux de la femme et les belles chaussures. 

L'hérédité ou des facteurs congénitaux peuvent ils être évoqués ? C'est très difficile de répondre en l'absence de preuves scientifiques mais il y a effectivement des familles où la majorité des membres présente cette déformation, mais est ce pour autant une maladie héréditaire… 

Le sexe est un facteur prédisposant à l'évidence, les femmes sont 10 fois plus touchées que les hommes et ce sans prendre en compte le port de chaussures à talons et à bouts pointus.

Les différentes formes de pied représentent elles aussi un facteur de risque ? Certains ont le deuxième orteil plus long que les autres; c'est le pied dit "grec"

D'autres ont tous les orteils de la même longueur, c'est le pied dit "carré".

Enfin certaines personnes ont un gros orteil plus long que les autres ; c'est le pied dit "égyptien"

Ce pied de type « égyptien » est un facteur favorisant l'hallux valgus car le «grand» gros orteil a un bras de levier important et peut plus facilement basculer sur le côté.

 

L'enchainement des déformations : 

https://www.youtube.com/watch?v=aAt3YFnKnDM

Au début c'est le premier métatarsien qui bascule vers l'intérieur, créant un déséquilibre. Il s'en suit une bascule vers l'extérieur du gros orteil pour contre balancer la déformation. Les tendons se raidissent empêchant tout retour en arrière et toute chance de réduction.

Le gros orteil peut pousser le deuxième orteil sur le côté et le déformer mais surtout, plus le gros orteil se déforme moins il appuie au sol reportant les charges sur le deuxième métatarsien qui n'est pas fait pour cela. Apparaissent les douleurs plantaires (métatarsalgies) et les durillons. Puis les tendons plantaires se cassent et les tendons dorsaux se rétractent et apparaissent les griffes d'orteils. Enfin, si rien n'est corrigé, les orteils peuvent se luxer (dés-emboitement des articulations irréversibles). 

 

Les différentes formes d'hallux valgus :

L'hallux valgus simple : C'est la forme du début, seul le gros orteil est dévié, le reste du pied est normal. La douleur siège uniquement sur la bosse.

La bosse est formée par la saillie osseuse parfois surmontée d'une bursite sous la peau (petite poche d'eau douloureuse protégeant l'os et la peau mais très douloureuse en poussée). 

A ce stade aucune autre déformation n'est présente. 

L'hallux valgus congénital juvénile : Il existe des formes congénitales apparaissant très tôt dès 14 ans. Ces hallux valgus sont souvent peu déformés mais très douloureux.

Il ne faut pas négliger les doléances de ces adolescents qui parfois ne supportent même plus des chaussures de sport. Il est difficile de proposer un traitement chirurgical avant la fin de la croissance. Il faut calmer les poussées douloureuses avec des semelles orthopédiques ou des crèmes anti-inflammatoire jusqu'aux 17 ou 18 ans, âge où l'os peut être considéré comme adulte et où l'on peut commencer à prévoir une chirurgie. 

Cette période est délicate car à la fois il faut écouter ces adolescents et comprendre leurs doléances mais à la fois il faut leur faire comprendre que l'on ne peut pas tout obtenir et tout de suite sans contrainte.

L'hallux valgus petit complexe : Cette forme est la première complication de l'hallux simple mais elle est rare. Lorsque l'hallux valgus évolue, le gros orteil continue sa déviation vers l'extérieur, entrainant ainsi avec lui le deuxième orteil qui progressivement va se déformer à son tour. Le deuxième orteil va alors basculer sur le côté ou se recroqueviller en griffe ou marteau. Les douleurs à ce stade siègent sur la bosse mais aussi sur la griffe. 

L'hallux valgus complexe : Un hallux valgus complexe associe un hallux valgus simple et des métatarsalgies.

Les métatarsalgies sont les douleurs situées sous le pied juste sous et avant les orteils, sous les coussinets. Il se développe alors des durillons témoins de l'échauffement mécanique à ce niveau. En fait, dans ce type d'hallux valgus, le gros orteil ne joue plus son rôle de propulseur de la marche, les orteils voisins sont ainsi surchargés et apparaissent ces métatarsalgies, avec cette sensation de douleur lors de la marche. Les semelles orthopédiques apportent un grand soulagement mais en cas de récidive ou d'absence de résultat, il faudra s'orienter vers la chirurgie.

L'hallux valgus grand complexe : C'est le stade ultime des déformations. Toutes les déformations douloureuses décrites précédemment (oignon, douleurs plantaires et griffes) se conjuguent ensemble et s'aggravent.

Le pied devient très difficile à chausser et les déformations ne sont plus réductibles. 

 

Qui et quand dois je consulter ? 

On doit consulter, son podologue, son médecin ou mieux un chirurgien orthopédiste (SOFCOT), et si possible spécialiste en chirurgie du pied et affilié àl'AFCP (association française de chirurgie du pied et de la cheville), si et seulement si on souffre de ses pieds. 

L'opération d'un hallux valgus ne s'envisage qu'en cas de douleurs et de gênes lors du port de chaussures. Donc seul l'handicap douloureux peut justifier une opération

Pour chaque patient, la nature de la plainte est analysée dans le but de proposer un geste de correction le plus adapté possible. L'évaluation de ces paramètres permettra au chirurgien ou non de proposer une intervention. Il y a certains arguments à ne pas prendre en compte dans la prise de décision, par exemple : il ne faut pas se faire opérer en l'absence de douleurs sous prétexte que celles ci pourraient apparaître un jour et qu'il vaut mieux se faire opérer jeune plutôt que vieux... Le patient doit bien comprendre que son pied ne va pas obligatoirement se déformer avec le temps et à l'inverse que l'on ne peut prévoir une aggravation à l'avance. On opère donc quand on est malade et que l'on souffre, pas avant ni après…

Une opération même bien faite peut laisser des traces et des petites douleurs, donc opérer un patient sans symptômes douloureux et en l'absence de gêne lors du port de chaussures peut conduire au risque de créer des douleurs après, puisque l'on modifie une anatomie qui convenait.

De même, le critère esthétique ne doit pas constituer une motivation, en effet la modification d'une architecture osseuse qui convenait avant peut créer des douleurs irréversibles après. On peut faire de la chirurgie esthétique des fesses, des cuisses, des seins car d'éventuelles séquelles ne pourront jamais induire un handicap moteur, mais une chirurgie esthétique des os qui portent le corps en entier peut induire un réel handicap.

La chirurgie de l'hallux valgus est souvent une chirurgie de la femme de plus de 50 ans. Bien entendu, si une adolescente souffre on l'opèrera mais avec toujours une certaine appréhension car le résultat doit être parfait. Ceci sera encore plus vrai pour le jeune sportif ou la danseuse. Aucune imperfection n'est permise ! On ne les opèrera qu'en cas d'handicap majeur entravant leur activité.

 

Quels sont les différents traitements ?

Lorsque l'hallux valgus n'est pas très prononcé et que la douleur reste minime,"c'est la chaussure qui devra s'adapter au pied", on recommande alors le port de chaussures larges, déformées et adaptées à l'architecture du pied.

Si des déformations (pied plat) majorent les douleurs on recommandera de porter des semelles orthopédiques qui réduiront la déformation et les douleurs.

Lorsque l'hallux valgus est avancé et que le contact avec une chaussure même large est douloureux, la chirurgie devient une option importante. C'est le pied que l'on va adapter aux chaussures et à la station debout.

La chirurgie de type « rabotage » simple :

La simple chirurgie des parties molles (tendons, peau) associée au rabotage seul de la bosse ne se pratique presque plus car le résultat est très moyen et surtout ne dure pas. C'est pour cela qu'autrefois les chirurgiens disaient qu'une opération des pieds durait seulement 5 ou 6 ans et qu'il faudra recommencer.

La chirurgie actuelle par ostéotomies :

Aujourd'hui, pour traiter l'hallux valgus, on propose surtout des ostéotomies, c'est à dire une association de découpes osseuses dans le but de remettre les os à leur place et dans le bon axe puis de les fixer avec du matériel (vis, agrafe, plaques). Ces techniques sont issues de la menuiserie ou marqueterie. Plusieurs types d'ostéotomies peuvent êtres réalisés, sur le premier métatarsien et sur la première phalange du gros orteil lors de la même opération. 

Les ostéotomies du premier métatarsien :
Sur le premier métatarsien, le chirurgien peut choisir entre différents types d'ostéotomie pour remettre l'os dans son axe, que se soit vers la base, au milieu ou à l'extrémité distale du premier métatarsien. On décrit une bonne vingtaine de techniques qui toutes redonnent un bon axe au pied. Le choix dépend de votre pied et des pratiques de votre chirurgien. Mais elles sont toutes validées.
Si le chirurgien décide de réaliser la découpe osseuse distale comme on le ait régulièrement en France, l'ostéotomie sera dite souvent en « chevron » ou de « Scarf » pour citer les plus connues. 

https://www.youtube.com/watch?v=7qDGUQnccas

https://www.youtube.com/watch?v=RTFd-8h1ndY

Ces ostéotomies feront ainsi disparaître la bosse tout en conservant la mobilité de l'articulation. Mais il faudra corriger après la déviation du gros orteil car il gardera une déformation vers l'extérieur et le résultat ne sera pas parfait.

L'ostéotomie phalangienne du gros orteil :

Cette ostéotomie de la phalange du gros orteil complètera l'alignement de l'orteil, elle est appelée souvent ostéotomie de Akin ou de P1 (première phalange) (fig 16). 

https://www.youtube.com/watch?v=CsAIveNKgDk

Ainsi, après avoir corrigé la déviation du métatarsien et de la première phalange du gros orteil, on obtient un réalignement du pied.

https://www.youtube.com/watch?v=urygcTSYKa4

Le choix d'une ostéotomie dépend de nombreux facteurs, mais tous les types d'ostéotomies choisis ont montré leur efficacité. Bien entendu quelque soit l'ostéotomie, l'articulation du gros orteil est conservée et la mobilité reste normale. On peut ainsi continuer à porter des talons hauts.

L'arthrodèse du gros orteil :

Cependant, dans certains cas, une ostéotomie ne sera pas suffisante pour corriger la déformation de l'hallux valgus et une arthrodèse (collage, bloquage, fusion de l'articulation) devra être envisagée). L'arthrodèse consiste à bloquer l'articulation défaillante dans le bon axe de correction, cette position est par conséquent définitive. Une arthrodèse sera ainsi proposée face à une grosse déformation, une récidive d'hallux valgus, une séquelle d'infection ou encore un rhumatisme inflammatoire.

Mais en dehors de ces cas de figures très particuliers, l'articulation et la mobilité du gros orteil seront préservés.

Ces arthrodèses garantissent un très bon résultat, un alignement parfait du gros orteil quelque soit l'importance de la déformation et surtout garantissent un résultat définitif sans risque de récidive. Un petit inconvénient, la difficulté de porter des chaussures à talons de plus de 5 cm après…

Mais le traitement de l'hallux valgus ne se résume pas au traitement de la «bosse» il faut aussi traiter les complications (griffes, marteaux, cors et durillons…). Il faut traiter les victimes (griffes, durillons, métataraslgies..) et en même temps l'agresseur, le responsable (l'hallux valgus). C'est le traitement des lésions associées.

Le traitement des griffes :

Ainsi pour corriger les déformations des orteils,

il faudra associer différents gestes comme allonger les tendons, réséquer des cors ou durillons, enlever un fragment d'os, souder une petite articulation puis peut être stabiliser le tout en posant une broche ou un implant interne.

https://www.youtube.com/watch?v=STGkkK35s7A

https://www.youtube.com/watch?v=Ssyn5kLerMo

Le traitement des métatarsalgies :

Pour traiter les métatarsalgies (douleurs plantaires et durillons), il faut parfois procéder à des allongements de tendons, à des découpes osseuses (ostéotomies) d'un ou de plusieurs os du tarse, les fixer par vis ou pas, ouvrir en grand pour tout contrôler ou le faire par technique percutanée (mini-invasive). Tout sera fait en même temps que l'hallux valgus et en fonction des lésions présentes.

https://www.youtube.com/watch?v=oxIrDuIQvmY

https://www.youtube.com/watch?v=VXEazniAwUY

Le déroulement d'une opération et ses suites : 

La récupération : 

Attention, la récupération dépend de l'état du pied avant l'opération, de votre âge, des vos antécédents et du traitement choisi. Ne vous comparez pas à une voisine ou copine car aucun pied ne se ressemble.
D'une façon très générale, comptez 1 mois « coincé » à la maison (sans sortir) en chaussure post opératoire et avec des pansements, puis encore deux mois en chaussures de grand confort (chaussures de sport, tennis, sandales, bottes larges). Il faut donc 3 mois en tout pour commencer à retrouver des chaussures élégantes car l'œdème peut durer longtemps, la cause en est l'opération mais également la décompensation éventuelle d'un état veineux de mauvaise qualité en préopératoire. Comptez 6 mois pour allez très bien et presque un an pour oublier…
La reprise du travail dépend du type et de la cadence de travail, de la durée des trajets et des chaussures imposées (chaussures de sécurité en usine, escarpins pour les hôtesses). Entre un informaticien pouvant travailler à la maison et un maçon, la date de reprise est très différente, mais comptez entre 1 mois minimum et 3 mois maximum.

 

Document tiré de : https://www.orthopode.fr/hallux-valgus/

Bouton Article

contenu modifié le 17/07/2017