Prostate et sexualité

Français

Les pathologies de la prostate sont de différentes origines :  infectieuses ou inflammatoires (prostatites) , tumorale bénigne (adénome ou HBP) ou tumorale maligne (cancer) . Chacunes peuvent avoir des répercussions direct ou indirect sur la sexualité.

Ces différentes pathologies peuvent être à l'origine de trouble de la sexualité par différents mécanismes :

 Altération de la qualité de vie  : trouble du sommeil, réveils nocturnes, douleur chroniques, incontinences, trouble de l'éjaculation...

Effet secondaires des traitements utilisés: baisse de l'éjaculat, baisse de l'érection ou de la libido...

Séquelles de certains traitements chirurgicaux: dysfonction érectile, absence d'éjaculation...

Plusieurs études ont  montrées qu'il existait une corrélation direct entre la présence de troubles de la sexualité chez l'homme et l'existence d'une pathologie prostatique avec une forte corrélation entre la sévérité des trouble mictionnels de l'HBP et l'importance des troubles de la sexualité.

Par ailleurs, en 1993, un rapport de l'Association Française d'Urologie montrait que si 64% des patients opérés pour un adénome de prostate symptomatique avaient une activité sexuelle avant l'intervention, 61% la conservait encore après deux ans. Cette préservation était d'autant meilleure que les sujets étaient plus jeunes, c'est-à-dire moins de 70 ans. Si l'activité sexuelle était très réduite immédiatement après la chirurgie, elle restait inchangée pour un tiers, diminuait pour un tiers et curieusement, s'améliorait pour un tiers. Cette amélioration de la sexualité par la chirurgie pouvant s'expliquer par une amélioration des troubles urinaires et donc de la qualité de vie (individuelle et du couple) ainsi que par une diminution des douleurs ou de la gêne ressentie lors de l'éjaculation. Une autre étude multicentrique anglaise, publiée en 2002, montrait que huit hommes opérés sur dix ne rapportaient pas de modification de leur vie sexuelle. Au contraire, un certain nombre (un peu plus de 10 %) signalaient même une amélioration des érections, du désir et de l'activité sexuelle.

 

Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer sur la fiche de la pathologie.

Bouton Article

contenu modifié le 22/09/2017