Ostéoporose et Fracture

Français

Qu’est ce que l’ostéoporose ?

L’ostéoporose est une maladie du squelette caractérisée par une diminution de la résistance mécanique de l’os, conséquence d’une réduction de la densité osseuse et/ou de l’altération de la micro-architecture de l’os, qui augmente le risque de fractures.

Os normal
OS Normal
Osteoporose
Osteoporose

Cette fragilité du squelette peut rester longtemps silencieuse. L’ostéoporose est asymptomatique jusqu’au jour où survient une première fracture (douleurs, perte de taille en cas de fracture vertébrale…) et le risque est alors de refaire de nouvelles fractures lors de traumatismes d’intensité modérée. Certaines fractures (extrémité supérieure du fémur, extrémité supérieure de l’humérus, fémur distal, tibia proximal, bassin, trois côtes simultanées) sont considérées comme sévères et requièrent d’autant plus un traitement qu’elles sont associées à une augmentation de la mortalité.

Hommes et femmes peuvent avoir une ostéoporose mais la prépondérance féminine est nette. Plus d’une femme sur trois à 50 ans fera une fracture au cours de sa vie.

Quelles sont les fractures ostéoporotiques ?

Toutes les fractures, à l’exception des fractures du crâne, des vertèbres cervicales, des doigts et des orteils, peuvent être des fractures ostéoporotiques, en particulier poignet, vertèbre, col fémoral, bassin, humérus...

L’incidence des fractures augmente avec l’âge. La fracture du poignet (extrémité inférieure du radius) est souvent la première fracture de l’ostéoporose. Sa fréquence augmente dès 50 ans et elle est de ce fait considérée comme une fracture sentinelle. Chez les femmes ostéoporotiques ayant fait une fracture initiale du radius le risque de refaire une fracture du radius est multiplié par trois et celui de faire une fracture du fémur ou de vertèbre par deux.

Fractures de vertèbres

Les fractures de vertèbres sont fréquentes après 60 ans et les fractures du col fémoral surviennent surtout après 70-75 ans et augmentent selon une courbe exponentielle.

Quelles sont les causes de l’ostéoporose ?

Les facteurs affectant la qualité et la masse osseuse sont nombreux mais parmi ceux-ci l’âge et la ménopause (carence hormonale) sont prépondérants, ce qui explique la forte prédominance féminine. D’autres facteurs tels que l’hérédité, les habitudes de vie (exercice physique, alimentation, facteurs toxiques, carence en vitamine D, prise prolongée de cortisone,…) ou certaines maladies, notamment endocriniennes ou chroniques, peuvent favoriser l’ostéoporose.

Comment reconnaître une ostéoporose ?

L’examen permettant le diagnostic d’ostéoporose est l’ostéo-densitométrie. C’est un examen simple, rapide, indolore et très peu irradiant qui mesure la densité osseuse au niveau de la colonne lombaire, de l’extrémité supérieure du fémur et de l’extrémité inférieure du radius.

Les valeurs recueillies sont comparées aux valeurs de la population française de référence de même sexe. La densité osseuse est mesurée en g/cm2 et exprimée en T score. Le T score représente la différence entre la valeur mesurée et la valeur moyenne de la population témoin âgée de 20 à 30 ans (âge auquel la masse osseuse est maximale). Cette différence est exprimée en écart-type de la valeur moyenne normale.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’ostéoporose est reconnue quand le T score est inférieur à – 2,5. Cette valeur ne constitue pas un seuil d’intervention thérapeutique, la décision de traiter prenant en compte les autres facteurs de risque de fracture, notamment ceux entrant dans la détermination de l’indice FRAX. Néanmoins un T score très bas (< - 3,0) est en soi une indication de traitement (accord professionnel). La densité osseuse est normale quand le T score est supérieur à – 1,0.

Ci-dessous densitométrie d’une femme de 54 ans avec fracture lombaire en L1 et ostéoporose lombaire, fémorale et radiale. (BMD = densité osseuse)

fracturefracturefracture
Courbe au Fémur total Courbe au Fémur total
T score à – 3,0
Courbe au Radius ultradistal Courbe au Radius ultradistal
T score à – 2,6

Que faire en cas de fracture ?

En cas de fracture sans traumatisme majeur, par exemple une fracture du poignet après une simple chute de sa hauteur, il est recommandé de faire une dépistage de l’ostéoporose (Haute Autorité de Santé). Pour cela il convient de recueillir les facteurs de risque de fractures, de vérifier le statut en vitamine D, et de faire une densitométrie osseuse (examen remboursé par la sécurité sociale).

Au terme de ce bilan il peut être recommandé des mesures préventives ou un traitement médicamenteux pour réduire le nombre de nouvelles fractures.

Spécialité:

Bouton Article

contenu modifié le 31/03/2017