Kyste du poignet : traitement endoscopique

Français

Comment se passe l’opération sous arthroscopie ?

L’opération se pratique sous anesthésie locorégionale (bras endormi). Cette opération est pratiquée en chirurgie ambulatoire, vous rentrez la matin à la clinique et vous sortez le soir. Il s’agit d’une intervention chirurgicale réalisée sous arthroscopie, c’est à dire avec une caméra et de toutes petites incisions inférieures à 3 mm.L’objectif de l’opération est d’enlever l’enveloppe articulaire autour du kyste(capsulectomie partielle de la face dorsaledu poignet). Il n’y pas de plâtre ni d’attelle après cetteintervention. Des petits pansements sont à conserver 15 jours après l’opération avec des fils de suture de la peau résorbables (ils tombent tous seuls 2 à 3 semaines après l’opération). Il faut réaliser quelques séances de rééducation tout de suite après l’opération pendant environ 1mois et éviter les activités sportives sollicitant les mains 2 mois. Le poignet « tiraille » après l’opération pendant environ 1 mois.

.
 

Quels sont les risques de l’opération ?

Les risques de l’anesthésie : sont variables selon les antécédents, c’est pourquoi vous devrez consulter un médecin anesthésiste et parfois un médecin cardiologue avant l’opération.
Une infection : ce risque justifie les mesures avant l’opération comme la douche antiseptique,l’emploi d’antibiotiques au cours de l’intervention, des règles d’asepsie très strictes pendant l’opération et des mesures d’hygiène au niveau du pansement après l’opération. En cas d’infection, les antibiotiques traiteront le problème et il est exceptionnel d’avoir à ré-intervenir pour éliminer les microbes.
La récidive : c’est la complication la plus à craindre, elle peut être précoce ou tardive.
La limitation de la mobilité articulaire : le plus souvent en flexion palmaire.

 

Quels sont les avantages de l’opération sous arthroscopie ?

L’absence de cicatrice sur le dos de la main, la « face sociable » de la main.
Un risque de récidive qui semble plus faible sous arthroscopie.
L’absence de limitation de la mobilité articulaire

 

Bouton Article

contenu modifié le 31/03/2017