Griffes, cors, durillons, marteaux, oeil de perdrix…

Français

« Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander ! »

Les déformations des orteils et leurs complications douloureuses sont nombreuses et fréquentes. Mêmes si elles sont bénignes, elles ne sont pas anodines. Par exemple, la moitié des amputations de membres chez le diabétique provient d’une lésion d’orteil pas ou mal traité.
Donc chez tout patient ayant des antécédents neurologiques ou vasculaires, un examen annuel attentif des pieds est nécessaire et fait partie de l’examen annuel général. Nous allons décrire ces lésions et évoquer leurs traitements en restant simple et concret.

1 les déformations sagittales en griffe (ou marteau)

Qu’est ce qu’un orteil en griffe ?
- Un orteil en griffe est un orteil qui se déforme en se rétractant, comme pour chercher à griffer les ongles vers le sol.

- Les déformations des orteils en griffes résultent d’un déséquilibre entre les tendons/muscles extenseurs « allongeurs » et fléchisseurs « raccourcisseurs ». Ces derniers imposent leur prédominance. Ce déséquilibre entraîne un recroquevillement sur eux même des orteils.
- Au début, les déformations sont réductibles car les tissus restent souples mais avec le temps elles se fixent par rétractions capsulaires, ligamentaires, tendineuses puis cutanées.
- De ce fait, les articulations ou jointures deviennent saillantes et frottent contre la chaussure. Pour se défendre et résister, la peau devient dure et cornée. Cette corne protège la zone de frottement mais devient douloureuse.
- Cette zone de corne sur un orteil s’appelle un cor.

- Des soins de pédicurie sont alors nécessaires pour limiter l’épaisseur des cors et les douleurs.
- Si la pédicurie n’arrive pas ou plus à soulager le patient, alors on en vient à la chirurgie.

Les différents types
On décrit plusieurs types de griffes :
- Les griffes peuvent être réductibles (on peut manuellement réduire la déformation) ou non réductibles. Avec le temps, les griffes se rétractent et ne sont plus réductibles. Alors apparaissent les cors.
- On parlera de griffe proximale ou distale en fonction du niveau de la déformation maximale. En effet, la griffe peut siéger au début de l’orteil (proximale) en regard de la première articulation ou au bout de l’orteil (distale) en regard de la deuxième articulation (en marteau).

- La principale cause de ces déformations est le vieillissement mais il existe des cas où l’origine est neurologique ou plus rarement rhumatismal inflammatoire ou traumatique.
- La chaussure n’est pas la cause des déformations des orteils mais une griffe peut être non douloureuse pied nu mais devenir douloureuse dans un chaussage surtout serré car les griffes frottent contre le cuir de la chaussure.

Les cas particuliers :
- L’orteil en marteau ; dans cette déformation, seule existe une déformation distale de la deuxième articulation. Il s’en suit un cor dorsal et distal isolé ou associé à un cor pulpaire. 

- La griffe associée à une luxation (déboitement) métatarso-phalangienne est la conséquence d’un métatarsien trop long ou plus souvent d’un conflit avec un hallux valgus. On parle alors du syndrome du deuxième rayon. La griffe du deuxième orteil est typique d’une décompensation d’un hallux valgus. 

- La griffe du 5 ème orteil orteil est très fréquente, typique et gênante pour le chaussage 

Les conséquences
- Avec le temps, les déformations s’aggravent et se fixent. Le chaussage et la marche deviennent douloureux au niveau des saillies des articulations. Le frottement répété avec la chaussure devient source de modifications de la peau. Celle ci pour faire face à ces frottements anormaux, se transforme en corne pour mieux lutter, comme la corne dans les mains d’un travailleur de force. Mais le volume de la corne aggrave le frottement et le rend encore plus douloureux.
- Les cors peuvent avec le temps s’infecter et être à l’origine d’une arthrite septique (infectieuse).

Les traitements:
- La rééducation au tout début peut lutter contre l’aggravation de la griffe. Mais la part de ce traitement est très minime.
- Tous les appareillages (orthèses, semelles, attelles, orthoplasties) 

apportent un soulagement mais ne peuvent arrêter l’aggravation des déformations.
- Les soins de pédicurie permettent de lutter contre le développement des cors et limitent les douleurs mais malheureusement les cors reviennent inexorablement.
- Seule la chirurgie peut corriger complètement ces maladies et faire disparaître les douleurs mais au prix de la rigidification définitive de l’orteil, jamais on ne pourra retrouver la mobilité d’une articulation enraidie par la chirurgie. Ainsi un orteil raide tordu et douloureux, après opération, restera raide mais deviendra droit et ne sera plus douloureux. La marche et le chaussage seront ainsi indolores.
- Les techniques chirurgicales pour traiter les orteils en griffes reposent sur l’allongement forcé des articulations de l’orteil, fixé passagèrement ou définitivement par une broche ou une prothèse interne.
- La broche est simple et peu couteuse, elle peut être utilisée pour toutes les sortes de déformation. Mais il faut la retirer (douleurs passagères), la supporter 4 à 6 semaines (soins locaux, infections superficielles), elle rigidifie l’orteil comme une baguette de tambour sans respecter une légère flexion

et elle traverse toutes les articulations de l’orteil même celles qui ne sont pas malades (en les enraidissant).

- Quand on peut, on utilise des petites prothèses internes qui n’ont pas tous ces inconvénients et qui fixent l’orteil dans une position plus anatomique et fonctionnelle. 

2 les déformations horizontales

La bunionette
- La bunionnette est déjà décrite sur ce site dans un article spécifique. 

Les inclinaisons latérales
- Il peut y avoir des inclinaisons en dedans ou en dehors des orteils. Ils ne sont donc plus tout à fait en face les uns des autres et les articulations peuvent se trouver en conflit entre elles. Les zones de frottements anormales deviennent douloureuses et il se développe des cors entre les orteils, appelés cors inter digitaux et pour certain « œil de perdrix » 

car centré sur un point noir profond.
- Certains cors se logent au fond d’un espace entre 2 orteils et avec la macération peuvent s’infecter. 
 

- La encore le traitement médical est très important avec les petits appareillages et les soins de pédicurie. 

-> Dans certains cas, la chirurgie s’imposent pour rigidifier un orteil et le forcer à devenir raide. Parfais il faut même enlever l’articulation surtout si elle est infectée. 

3 les lésions plantaires

- Suite à ces déformations, il se développe des zones de frottements excessifs sous les pieds. De la corne apparaît qui porte à cet endroit le nom de durillon.

- Le traitement de ces durillons est comme les cors des orteils avant tout médical avec des soins de pédicurie et le port de semelles.

Ainsi les déformations d’orteils sont fréquentes et différentes. Contrairement à ce que l’on peut dire, elles ne sont pas l’apanage des personnes âgées uniquement. Les soins de pédicurie sont fondamentaux, la chirurgie ne vient qu‘en cas de complications ou d’absence de bons résultats.

Document tiré de : https://www.orthopode.fr/

Bouton Article

contenu modifié le 17/07/2017