Chirurgie Utérine

Français

Hystérectomie

Qu'est ce que c'est

L'hystérectomie correspond à l'ablation de l'utérus. Elle peut être totale si corps et col sont retirés, et sub-totale si le col est conservé.

Indications

Selon les cas, il peut être nécessaire de réaliser l’ablation des trompes et des ovaires, on parle alors d’hystérectomie avec annexectomie. L'anesthésie peut être générale ou loco-régionale (péridurale ou rachianesthésie).

L’intervention en chirurgie gynécologique peut être réalisée de trois manières différentes. Le choix de la technique dépend entre autre de la taille de l’utérus et de l’indication opératoire.

  • Hystérectomie vaginale (voie basse) :
    Le chirurgien utilise les voies naturelles pour opérer, ce qui évite donc toute incision abdominale.
  • Hystérectomie cœlioscopique :
    L'ablation de l'utérus est réalisée à l'aide d'une caméra qui est introduite par l'ombilic, précédemment incisé. Trois autres petites incisions sont réalisées de part et d'autre du pubis, pour le passage des pinces nécessaires à l'opération. L'utérus est soit extrait via le vagin, soit sorti par les orifices cutanés.
  • Hystérectomie par voie abdominale (voie haute ou laparotomie) :
    L’intervention est réalisée par une ouverture de l'abdomen. L'incision est le plus souvent horizontale au-dessus du pubis mais dans certain cas elle peut être verticale entre le pubis et l’ombilic.

Déroulement

L'hospitalisation dure en moyenne trois jours pour les voies vaginale ou cœlioscopique et six jours pour la voie abdominale. L'arrêt de travail est de trois semaines à un mois. L’avantage de la voie cœlioscopique ou vaginale est une meilleure récupération post opératoire et une durée d’hospitalisation plus courte.

Suites opératoires

La conséquence directe d'une hystérectomie est l'absence de règles, donc plus de possibilité de grossesse. Toutefois, on ne parle pas de ménopause tant que les ovaires sont en place.

Aucune autre manifestation n'est imputable à l'hystérectomie. L'ablation de l'utérus ne modifie en rien les possibilités ou la qualité des rapports sexuels. Elle n'entraîne ni dépression ni prise de poids.

La pièce opératoire est analysée systématiquement. Les résultats vous seront transmis lors d'une consultation par la suite.

Risques liés à l’hystérectomie

En cours d’opération certaines constations effectuées par le chirurgien ou l’apparition de complication peuvent entraîner une modification de la voie d’abord; on parle de conversion. Les complications sont essentiellement dues à des blessures d’organes de voisinage (intestin, vessie, uretères, vaisseaux sanguins) pouvant nécessiter une prise en charge spécifique. En cas d’hémorragie avec risque vital engagé, une transfusion sanguine peut être réalisée.

Les douleurs post opératoires sont prises en charge de façon spécifique par l’équipe anesthésique.

Les complications post opératoires à type d’hématomes, d’abcès et d’infections urinaires sont rares. Dans certains cas elles peuvent nécessiter une réintervention.

Certains risques peuvent être majorés par votre état de sante ou vos antécédents. Il est impératif d’en informer votre chirurgien avant l’intervention.


Myomectomie

Qu'est ce que c'est

La myomectomie correspond à l'ablation chirurgicale d'un ou plusieurs fibromes utérins, tout en préservant l'utérus, ce qui permet de conserver les règles et de garder la possibilité de grossesse ultérieure.

Abords chirurgicaux

Quatre voies peuvent être envisagées. L'intervention peut être réalisée soit sous anesthésie générale soit sous anesthésie loco-régionale (péridurale ou rachianesthésie). La durée d’hospitalisation varie en fonction de la voie d’abord de 24 heures en cas d’hystéroscopie à 48 heures pour certaines cœlioscopies et à 6 jours en cas de laparotomie.

  • Par laparotomie (voie haute ou abdominale) : il implique l'ouverture de l'abdomen. L'incision est le plus souvent horizontale sus-pubienne. Comme pour la voie vaginale ou cœlioscopie, l’utérus est d’abord incisé en regard du fibrome, celui-ci est ainsi retiré puis l’utérus est suturé.
  • Voie vaginale (voie basse) : le chirurgien utilise les voies naturelles pour opérer, ce qui évite donc toute incision abdominale.
  • Voie cœlioscopique : les fibromes sont retirés à travers l’un des trocarts après morcellement.
  • Par hystéroscopie : intervention réalisée en cas de fibrome sous muqueux (intracavitaire) et sous réserve que la portion dépassant dans la cavité utérine soit suffisamment importante. Ces indications sont fournies par un bilan préopératoire consistant en une échographie et/ ou une IRM.

    Cette intervention consiste en l'introduction d'un hystéroscope opératoire muni d’instruments de résection. La durée opératoire varie entre 30 minutes et 1 heure. En cas de volumineux fibrome une deuxième intervention peut être nécessaire afin de compléter la résection. L’intervention est réalisée en ambulatoire ou hospitalisation de jour. Les risques sont ceux de l’hystéroscopie.

Conséquences de la myomectomie

En cours d’opération certaines constatations effectuées par le chirurgien ou l’apparition de complication peuvent entraîner une modification de la voie d abord ; on parle de conversion. Une hémorragie liée à l’ouverture de la paroi utérine peut se produire. En cas d hémorragie avec risque vital engagé, une transfusion sanguine peut être réalisée. Les autres complications sont essentiellement dues à des blessures d’organes de voisinage (intestin, vessie, uretères, vaisseaux sanguins) pouvant nécessiter une prise en charge spécifique.

Les douleurs post-opératoires sont prises en charge de façon spécifique par l’équipe anesthésique.

Les complications post-opératoires à type d’hématomes, d’abcès et d’infections urinaires sont rares. Dans certains cas elles peuvent nécessiter une réintervention. Certains risques peuvent être majorés par votre état de sante ou vos antécédents. Il est impératif d’en informer votre chirurgien avant l’intervention.


Conisation

Qu'est ce que c'est

La conisation est la résection chirurgicale d'une partie du col de l'utérus, de forme conique.
On la réalise en cas de dysplasies cervicales de type 2 ou 3 ou de carcinome in situ. Ces lésions ont été dépistées par frottis cervico-vaginal, puis confirmées par colposcopie et biopsie.
Elle a deux objectifs principaux :

  • La confirmation du diagnostic histologique des lésions, à savoir leur caractère bénin ou malin.
  • Un but thérapeutique et curatif par l'ablation complète des lésions dysplasiques, ce qui les empêche d'évoluer vers le cancer du col.

En effet, en l'absence de traitement, ces lésions précancéreuses peuvent évoluer spontanément vers un cancer, après quelques années. L'opération se fait généralement sous une courte anesthésie générale et dure environ 15 minutes. Dans certains cas elle peut être réalisée sous anesthésie locorégionale (rachianesthésie) ou anesthésie locale.

La conisation s’effectue par voie vaginale. Deux types de techniques sont proposés en fonction des pathologies à traiter :

  • Conisation à l‘anse diathermique :
    Le chirurgien utilise pour la résection un fin fil métallique parcouru par du courant électrique. Le geste est très rapide, de l'ordre de quelques secondes, soit un quart d'heure préparation incluse.
  • Conisation au bistouri à froid :
    Conisation classique permettant une résection d’un cône plus grand. Son indication est réservée en général au carcinome in situ ou micro invasif.

L’intervention se déroule en hospitalisation ambulatoire.

Conséquences de la conisation

Ce geste peut augmenter le risque d’accouchement prématuré lorsque la hauteur de conisation dépasse 15mm. En cas de grossesse il faut penser à signaler cette intervention à votre obstétricien.

Risques de la conisation

Dans moins de 10% des cas une hémorragie génitale peut survenir dans les 8 jours suivant l’intervention. Il s’agit d’une complication bénigne mais qui peut nécessiter une nouvelle intervention afin de réaliser l’hémostase. Afin de minimiser le risque il est demandé d’éviter les bains et les rapports sexuels dans les 3 semaines post opératoires.


Laser : cervical

Qu'est ce que c'est

La vaporisation laser cervicale est indiquée en cas de dysplasies cervicales de type 1 ou de condylomes dépistées par le frottis cervico-vaginal puis confirmées par colposcopie et biopsie. Elle consiste en la destruction de ces lésions à l'aide d'un laser à gaz carbonique (CO2).

Absence de traitement

En l'absence de traitement, ces lésions pré-cancéreuses peuvent évoluer spontanément vers un cancer, après quelques années.

Déroulement

Pour réaliser cette vaporisation, on vous installe en position gynécologique sur une table opératoire. L'abord se fait par voie vaginale (voie basse). Aucune anesthésie n’est nécessaire. Le laser, fixé à un colposcope, détruit toutes les lésions visibles. Le geste ne dépasse pas les dix minutes. La sortie se fait dans la demi-heure qui suit, sans arrêt de travail nécessaire.

 
 
 
Praticiens: 

Bouton Article

contenu modifié le 31/03/2017