Arthroscopie de la hanche : chirurgie de la hanche

Français

Définition de l'arthroscopie de hanche :

L'arthroscopie de hanche est une technique chirurgicale mini-invasive réalisée sous anesthésie générale. Elle permet de traiter et prendre en charge des pathologies intra-articulaires telles que le conflit fémoro-acétabulaire, les lésions labrales, les corps étrangers ou les lésions tendineuses périarticulaires.

Principes de l'arthroscopie de hanche :

L'arthroscopie de hanche est une chirurgie vidéo-assistée qui permet, par quelques orifices centimétriques, de réaliser les mêmes gestes qu'à ciel ouvert. Cette technique utilise des instruments spécifiques à l'arthroscopie de hanche ainsi qu'une table de traction appelée table orthopédique qui permet de décoapter l'articulation de la hanche qui reste une articulation profonde et difficile d'accès.

Avantages de l'arthroscopie de hanche :

  • Le but premier de l'arthroscopie de hanche est la préservation des tissus péri-articulaires, ce qui est essentiel pour la récupération en sachant que cette chirurgie est préconisée pour les patients jeunes et sportifs.
  • L'exploration de l'articulation opérée est d'excellente qualité grâce à des optiques à angulation différente qui augmente l'angle de vision.
  • Comme toute chirurgie arthroscopique, elle est réalisée sous flux continu de liquide ce qui diminue de manière importante le risque de calcifications post-opératoires surtout dans les chirurgies à type d'ostéotomie qui produisent des débris osseux importants.

Limites de l'arthroscopie de hanche :

La vision du compartiment central coxo-fémoral nécessite de tracter le membre inférieur par table orthopédique. De temps à autre, cette décoaptation ne peut pas être obtenue en raison d'antécédents chirurgicaux, de fibrose, de maladie du collagène et l'intervention qui ne peut pas aller jusqu'au bout doit nécessiter une conversion plutôt que de créer des lésions liées à la traction qui peuvent toujours exister même en l'absence d'antécédent particulier (étirement neurologique).

Pathologies prises en charge :

  • Le conflit de hanche : le conflit fémoro-acétabulaire est fréquent chez le sportif et l'adule jeune. La douleur est surtout réveillée par les mouvements de flexion et de rotation interne de la hanche. Les douleurs persistent malgré les séances de rééducation qui ont souvent été prescrites pour traiter une tendinite. Le diagnostic va être porté sur des radiographies simples et sur le scanner. Le traitement interventionnel repose sur l'élimination des causes du conflit. Dans tous les cas, celui-ci peut être pris en charge par arthroscopie ou chirurgie mini-invasive vidéo-assistée. Les résultats attendus sont doubles : diminution des phénomènes douloureux et diminution de la vitesse d'évolution de l'arthrose qui trouve dans de nombreux cas son origine dans ce conflit.
  • Les lésions du labrum acétabulaire : le labrum est en quelque sorte le ménisque de la hanche. Il est fixé sur la périphérie du cotyle. Ce labrum peut se fissurer et en fonction du type et de la localisation de la lésion, celle-ci peut être réparée ou régularisée. Le diagnostic de lésion labrale va être porté par le chirurgien au cours d'un examen clinique et sera confirmé par des imageries spécifiques (arthroscanner ou arthro-IRM).
  • Les pathologies synoviales : l'arthroscopie de hanche permet à la fois d'être diagnostique et thérapeutique. Le diagnostic est souvent porté par l'examen anatomo-pathologique de biopsies qui sont aisément réalisées par cette technique. La thérapeutique quant à elle sera en rapport avec des synovectomies qui, en fonction de leur localisation, peuvent entièrement ou non être réalisées sous arthroscopie.

Bouton Article

contenu modifié le 31/03/2017